Avant d’obtenir mon « vrai » emploi en Australie, j’ai (Domi) eu plusieurs petits boulots, divertissants ou complètement pourris. J’ai passé 6 mois à la recherche d’un emploi à postuler comme une fifolle. Je viens juste de signer mon contrat permanent (on pourrait dire un CDI) en tant que Centre & Student Support Officer (= coordinatrice des programmes pour les centres internationaux) à l’Australian Institute of Business.

Mais avant de décrire cette extraordinaire opportunité, étudions les petits boulots que j’ai pu avoir à Adelaide.

Boulots de merde!

– « Milkman » (« distributeur de lait ») à Aussie Farmers Direct: lorsque je suis tombée sur cette offre sur Gumtree (Leboncoin australien), j’ai cru que j’allais délivrer du lait au perron des gens. Grave erreur! Il s’est avéré que c’était un boulot de vente en porte-à-porte, j’ai passé la formation, travaillé 2 jours pour eux, puis j’ai démissionné.

– Distributrice à Penny Miller: alors que je pensais que j’allais juste distribuer des magazines, j’ai en fait découvert que c’était bien plus pourri que ça. Dans la zone d’Unley, je déposais un catalogues à chaque maison dans l’espoir que leurs habitants trouvent quelque chose de bien kitsche et me laisse une commande dans leur boîte aux lettres que je délivrerais 2 semaines plus tard… Un boulot bien ennuyeux et pas vraiment valorisant!

Petits boulots temporaires

– Vendeuse à The CheeseMonger: j’ai travaillé pendant quelques jours à ce fournisseur de fromages/charcuterie. J’ai réellement apprécié l’expérience étant donné que j’apprenais énormément à propos des fromages ainsi que des saucisses, jambons et autres produits d’épicerie fine.

– Serveuse à Saint Louis: au sein de ce véritable antre de la tentation, j’ai acquéri de nouvelles compétences dans le domaine du service-client, en tant que serveuse et hôtesse d’accueil. J’offrais donc ces impressionnants et délicieux dessert à des dizaines de personnes faisant la queue pour s’accorder un petit plaisir nocturne. J’y ai travaillé pendant quelques jours principalement le soir, surtout les week-ends.

– Serveuse à Boulangerie 113: une expérience délicieuse qui non seulement m’a appris beaucoup à propos de la façon de faire du pain, viennoiseries et comment préparer différents cafés/capuccinos, mais ça m’a aussi permis de déguster de bons produits de boulangerie tels qu’un croissant nappage chocolat noir et pistache ou encore une pâtisserie aux myrtilles.

Cours privés de français: enseigner le français est façon plutôt agréable de gagner quelques dollars en plus. Partager ma passion pour la langue et la culture française avec un petit gars de 10 ans très sympa est toujours un bon moment lorsque l’on se lance des défis aux UNO ou que l’on mange ce que sa Maman nous a préparé.

– Baby-sitting: pendant mon temps libre et mes week-ends, je m’occupais de gamins et j’ai pu garder, une fois, les 2 enfants d’une des profs de français de l’Alliance Française, mais aussi amie, Pauline. Une bonne excuse pour retourner en enfance à faire la gamine à l’aire de jeux! 

Boulot à temps plein

Après avoir postulé à de nombreuses offres d’emploi en ligne et après m’être enregistrée à des agences d’interim, j’ai obtenu un entretien pour poste à l’Australian Institute of Business. Cet institut est une école privée qui offre des cours en ligne pour obtenir une Licence ou un Master en commerce. Ces cours sont proposés en ligne et sont offerts à des étudiants vivant en Australie ou à l’étranger dans l’un des centres d’enseignement partenaires (Teaching Centres). A la suite d’un entretien de groupe et individuel ainsi qu’un exercice de mise en situation et un test de compétences, j’ai dégoté un poste en tant que « Centre & Student Support Officer » (Chargée des centres et du soutien aux étudiants).

En termes de visa, j’ai eu la chance d’obtenir un Bridging Visa class A. Ce via est délivré automatiquement une fois que l’on a fait une demande de visa en ligne auprès du Bureau de l’Immigration d’Australie. Il permet de résider légalement en Australie et d’y travailler pour une période illimitée en attendant la réponse pour la demande de visa déposée.

Tout est possible si l’on reste déterminé et dévoué à la tâche. Just do it!

 

Laisse un commentaire