Un week-end rempli de découvertes culturelles suivi d’une semaine tranquille à Saigon. Cette fois pour notre chronique hebdomadaire, on vous emmène pour un tour du Palais de l’Indépendance, on vous expliquera comment c’est de faire les courses au Vietnam et on vous invitera à découvrir l’humeur à la vietnamienne.

1. Visite du Palais de l’Indépendance

Lors d’un séjour à Ho Chi Minh Ville, assure-toi de visiter ce site touristique qui a subi de nombreux changements que ce soit architecturaux ou juste nominaux. Ce bâtiment historique est maintenant vaste de 12,000 hectares entourant quatre rues de la ville : Nam Ky Khoi Nghia Street, Huyen Tran Cong Chua Street, Nguyen Thi Minh Khai Street and Nguyen Du Street.

Chapitre 1 – Sa construction fut finalisée au XIXe siècle par l’architecte français Hermite. Il fut nommé Dinh Norodom (« Palais Norodom »). La première brique fut posée par l’Amiral Lagrandière en 1863. Ce bâtiment devint le berceau de la colonie française au Vietnam où de nombreux événements et réunions de guerre se déroulés.

Chapitre 2 – Après la défaite de Dien Bien Phu et les Accords de Genève de 1954, le Palais fut rendu aux Vietnamiens qui l’ont rebaptisé le Palais de l’Indépendance. Cependant, il fut entièrement détruit lors d’une attaque à la bombe par deux pilotes. Sa reconstruction fut complétée en 1966 suite à l’œuvre de l’architecte Ngo Viet Thu. Ce petit chef d’œuvre d’architecture a été basé sur l’harmonieuse combinaison de caractères chinois : la structure générale du bâtiment fut établie sous la forme d’un « T ». Représentation d’un ancien idéogramme qui symbolise la « chance ».

Chapitre 3 – L’emblématique Palais de la Réunification s’est fait un nom dans l’histoire mondiale en 1975. C’est à ce moment-là qu’un tank appartenant à l’Armée du Nord-Vietnam est entré en collision avec le Palais, symbole de la fin de la Guerre du Vietnam.

Visite le Palais « Dinh Doc Lap » pour seulement 30,000VND, soit à peu près 1,20€. Ouvert tous les jours entre 7.30-11h et 13-16h. Le parking pour les mobylettes se trouve juste à côté de l’entrée principale où l’on achète les tickets sur la rue Nam Ky Khoi Nghia. Des visites guidées gratuites sont disponibles en anglais, français, japonais et chinois.

2. Faire les courses au Vietnam

Même s’il ne revient à pas cher de manger à l’extérieur, c’est sympa de temps en temps de se cuisiner de bons petits plats et délicieux desserts. Pour cela, tu as deux solutions : achète tes ingrédients à l’un des marchés d’Ho Chi Minh Ville (Ben Tanh, Bin Tay…) ou fais tes courses à Co Op Mart.

Ce supermarché est plutôt semblable à ceux de l’Occident comportant des rayons de bouffe et de différents produits pour la maison. Cependant, le comportement de ses clients est différent de ce à quoi je suis habituée. Les gens s’agglutinent dans les rayons et se poussent sans un mot.

J’ai également fait l’expérience d’un homme accompagné de sa jeune fille qui m’est passé devant à la caisse alors qu’il voulait simplement lui offrir un unique jouet. Alors que cette attitude serait considérée comme mal polie dans les pays occidentaux, surtout aux Etats-Unis où la priorité dans la file d’attente est très importante, ma réaction fut un simple sourire et de le laisser rendre sa fille heureuse. Cette différence culturelle ne devrait pas affecter mon tempérament à la française. Le service client est formidable au Vietnam. Juste quelque minutes après avoir montré une photo d’un verre doseur sur mon téléphone à une personne de rayon et elle m’en apporté déjà un.

La bouffe est peu chère à Co Op Mart. Il est facile de trouver des produits dont nous sommes habitués tels que des pâtes, des gâteaux, des yaourts, du fromage, des œufs, des légumes et fruits.

Prend note que les produits alimentaires sont souvent moins chers aux marchés. Néanmoins, les fruits, légumes, viandes et poissons trouvés à un marché ouvert sont exposés au gaz d’échappement des mobylettes et autres bactéries auxquelles les Occidentaux ne sont pas immunisés. Finalement, il existe de nombreuses supérettes tout autour de la ville telles que Vinmart, City Mart, Circle K, Shop & Go ou Lotte Mart (chaîne coréenne), Big C (chaîne thaï).

Je préfère généralement aller à Co Op Mart parce que je supporte ainsi les producteurs locaux en défaveur des produits importés qui sont généralement un peu plus chers – même si toujours bon marché en monnaie vietnamienne. Si tu cherches des produits de type occidental, fais un tour par Phuong Ha sur Ham Nghi pour des produits alimentaires et de cuisines, U.S. Mart sur Tran Hung Dao pour de la bouffe occidentale uniquement, Annam Gourmet Market sur Hai Ba Trung pour des spécialités françaises et européennes ou An Phu Supermaket pour des marques internationales tout comme locales.

Plus d’infos sur les supermarchés à Ho Chi Minh Ville ici.

 

3. L’humour des Vietnamiens

Après avoir vécu plus d’un mois à Saigon, après avoir rencontré plusieurs Vietnamiens à des événements au bar et après avoir discuter tous les jours avec ma coloc Apple et notre femme de ménage Thu, il m’est possible maintenant de pouvoir avoir une bonne idée de leurs sujets de discussion ainsi que de comprendre la façon dont ils agissent. Je dois l’avouer ils sont plutôt marrants ces Vietnamiens.

Qu’ils se moquent de toi – le gars du parking où Steve se rend travailler l’appelle « FBI 1 » à cause de sa casquette américaine – ou qu’ils rendent une situation marrante, la plupart des Vietnamiens savent comment sourire et rigoler. Thu, l’autre jour, a insinué que je ne devrais pas manger la nourriture du restaurant, mais plutôt manger Steve, si tu vois ce que je veux dire. Elle s’est aussi moquée de moi lorsque j’ai commandé par inadvertance 3 plats de nourriture au lieu d’un seul en disant que je vais rêver de manger un Bun Cha – plat acheté en 3 exemplaires. Apple se foutrait de la gueule des livreurs qui ne peuvent pas trouver notre maison située dans une petite ruelle en les appelant « idiots complets».

Une matinée, après avoir récupéré ma bouffe à emporter, un jeune homme en uniforme bleu (l’un des gardiens de magasins/restaurants) était assis sur mon scooter en train de se regarder dans le miroir pour éclater ses boutons ou enlever une impureté de son visage. Au début surprise, je ne pouvais pas m’arrêter de rire ensuite et j’ai essayé de lui faire réaliser que la propriétaire du scooter était de retour. Lorsqu’il m’a finalement vu, il s’est enfui et a prétendu que rien ne s’était passé ce qui m’a fait rire encore plus.

J’ai été témoin de beaucoup de personnes pauvres qui te donneraient leur plus beau sourire et seraient heureux de pouvoir t’aider. Un vieux monsieur édenté dans un restaurant, à un autre moment, a aperçu mon T-shirt qui dit « Je parle française » et a immédiatement commencé à me parler en français. J’ai pu dire à quel point j’ai pu illuminé sa journée lorsqu’il trouvait tous les prétextes pour venir à notre table et me sortir son meilleur français comme lorsqu’il nous a donné le prix de l’addition.


Découvertes internet de la semaine

  • DRÔLE – Cocovoit. Cette nouvelle mini web-série française est à suivre. Je la trouve tout particulièrement marrante parce que j’ai moi-même faire du covoiturage étant étudiante en France.  L’un des moyens de transport les plus économiques, socialisant et rentable pour se déplacer en France, à mon avis. Se déplacer à bord d’une voiture de partage est une expérience en soi. Cependant, elle peut virer au drame si l’un des passagers rend la situation un peu embarrassante. Amuse-toi bien à regarder cet épisode appelé « Qui a pété ? ».
  • INTÉRESSANT – Échappées Belles, Les sourires de Vietnam. Connu depuis longtemps en tant que programme documentaire sur les voyages, Echappées Belles nous emmène cette fois au Vietnam pour capturer les plus beaux sourires et magnifiques paysages du pays. De Hue à Hoi An, le présentateur met un point d’honneur à nous montrer à quel point le Sud du Vietnam est le grenier économique national grâce à ses nombreuses rizières de riz, ses splendides plages et l’omniprésence de l’eau.
  • INTÉRESSANT – What to expect when you date a French expat = À quoi s’attendre lorsque l’on sort avec un(e) expat français(e). Retrouve tous les conseils pour comprendre comment c’est de sortir avec un(e) expat français(e) : de connaître leur personnalité et caractère entre sujets hors limites et débats inutiles à s’habituer à leurs manières romantiques démodées. Quand Steve a commencé  sortir avec moi, j’étais une expat française aux Etats-Unis. Pas sûre s’il est tombé pour moi à cause de mon sexy accent français ou de la façon dont je portais sa casquette de Philly ? Article en anglais.

 

 

Laisse un commentaire